avion-ciel-depart

Dire au revoir …

Prendre le large et partir vivre aux États-Unis. Quelle belle idée qui s’est mise à fleurir dans notre esprit en cette fin d’année 2016.

Fin octobre 2016 nous apprenions la bonne nouvelle : un nouveau poste s’offre à Pierre aux États-Unis.
Et puis tout s’est enchaîné : Quitter son travail, quitter son appartement, quitter sa ville, quitter ses amis, quitter sa famille, quitter son chat (Non ça non alors ! Pas d’accord !) … (je vous raconte tout à ce sujet dans un prochain article).

 

 

« Ben quoi ?! Vous comptiez pas me laisser de toute façon ?!! »
Ou comment votre chat s’assure de bien faire partie du voyage.

 

 

 

Il y a donc fallu quitter notre premier appartement à Besançon, mais surtout trier toutes nos affaires, c’est à dire toutes les « babioles inutiles » accumulées pendant 2 ans de vie dans un 50m². Il y a donc fallu trier, jeter, empaqueter et aussi faire des choix. Le contrat avec la société de Pierre nous permettait d’emmener avec nous ce que nous souhaitions (cartons, meubles, vêtements, déco, etc …); nous avons alors longuement réfléchi et débattu sur ce que nous souhaitions et pouvions emmener avec nous. Une réalité s’est alors imposée à nous : IKEA existe aussi aux USA !! Nous achèterons donc l’essentiel sur place. Pour ce qui est de nos meubles en France nous n’avons gardé que les meubles auxquels nous tenions, tant par leur valeur sentimentale que par leur originalité et les avons stockés en attendant notre retour un jour, et nous avons donné ou vendu le reste (merci leboncoin.fr !).

Après tout ceci il a fallu déposer des petits bouts de soi et des instants de vie dans des boîtes en carton et enfermer le tout au chatterton. Une fois l’étape digérée, appelez des copains (et un papa merveilleux !), louez un camion et promettez des bières ! (recette presque infaillible !)

camion-demenagement-besancon

 

« Ça rentrera pas j’te dis ! »

Ou l’art de maîtriser le Tetris à la perfection !

 

 

 

Au final ont traversé l’océan avec nous :

  • quelques cartons avec des vêtements, des ustensiles de cuisines, des produits cosmétiques, quelques bricoles sentimentales
  • un paquet de photos Polaroïd de chez Cheerz (pour profiter de 5€ de réduction sur ta commande il te ​suffit d’entrer mon code PLAI2I au moment du panier )
  • un ordinateur portable (pour vous raconter toutes ces jolies histoires)
  • un appareil photos (pour vous emmener en voyage avec nous)
  • deux grosses valises et une plus petite (format bagage à main), un vanity, un sac à dos
  • un chat

 

Le temps de la paperasse est arrivé …

Est arrivé le temps de remplir toute la paperasse administrative pour pouvoir partir vivre aux États-Unis; heureusement pour nous, les avocats de la société qui embauchait Pierre s’occupaient de tout. Nous n’avions plus qu’à relire, signer et remplir le minimum.
Nous avons donc un visa E2 (lié à l’entreprise), valable 5 ans et renouvelable à l’infini.
En gros, il me restait donc à faire mon passeport (hey non je n’en avais plus de valable depuis longtemps), les papiers pour mon visa et donc me rendre à l’ambassade à Paris pour valider mon visa, et remplir le formulaire i-94 .
Puis il me restait à faire les papiers pour mon compagnon à quatre pattes (je vous raconte tout en détails dans un prochain article).
Une fois tout ce petit monde en ma possession, j’aurai enfin le droit de rejoindre mon compagnon à l’autre bout du monde; hey oui il faut savoir que les papiers auprès des avocats sont plutôt longs à obtenir, c’est pourquoi il est parti 3 mois avant mois dans son grand oiseau de fer.

 


Dire au revoir

Dire au revoir à Besançon où nous avons vécu et travaillé durant deux ans, et à notre appartement.

Dire au revoir à Belfort, ma ville natale, où j’ai passé les derniers mois avant mon départ.


Jour-J ou D-Day 

Et voilà, le jour du grand départ est arrivé. 1er mai 2017 je m’envole depuis l’aéroport de Paris Charles de Gaulle à 13h10 heure locale.

C’était parti pour 9h05 de vol (sans escale, heureusement pour moi, mes valises et mon chat!) direction Cincinnati, OH.
Après 4 films, une sieste, un en cas, un plateau repas, un goûter, un sandwich et une pause boisson toutes les demi-heures, j’arrive en fin d’après-midi (heure locale USA) à l’aéroport CVG de Cincinnati où je retrouve Pierre. Nous avons alors 50 mn de voiture sur les routes américaines avant de découvrir enfin Dayton, la petite ville où nous allons poser nos valises pour au moins 5 ans (qui vivra verra 😉 ).

*À moi la vie américaine !*

 

 

Si vous utilisez les bons plans présents dans cet article, merci de penser à le mentionner sur votre blog ou sur les réseaux sociaux (: